Randonnée pour les Feux de la Saint Jean au Madres

Chaque année, nous faisons une sortie pour les feux de la Saint Jean au Canigou.

Il y a deux ans nous sommes montés pour une randonnée journée en partant de Prats Cabrera.

L’an dernier nous étions allés allumer les feux au sommet, en dormant sous tente à côté des chalets des Cortalets.

Nous avions décidé, pour cette année, de monter par le refuge de Mariailles et la cheminée pour assister à l’allumage des feux au sommet, puis dormir sous tente à côté des Gourgs du Cady. Malheureusement, la météo ne nous a pas trop laissé le choix. Les orages possibles aux dates de la sortie ne nous permettent pas de prendre le risque d’aller se mettre, de nuit, dans le couloir de la cheminée du Canigou et de dormir sous les tentes.
Nous remplaçons donc la randonnée au Canigou par le même type de sortie, mais dans le massif du Madres. S’il fait orage, nous aurons au moins un toit de refuge pour nous protéger, et nous ne serons pas obligé de marcher à minuit avec la pluie. Et nous ferons notre propre feu de la Saint Jean !

Nous sommes donc 16 au départ. 10 élèves et 6 adultes. Le professeur et les élèves de Font-Romeu qui voulaient venir au Canigou ne viendront pas au Madres.
Nous partons du col de Sansa, pour monter au refuge par la Coume de Pounteils. La météo est excellente, pour l’instant, pas d’orage en vue. Après un passage près du refuge du Pla de Gril, le sentier grimpe parmi les rhododendrons en fleur, c’est magnifique. Le repas de midi se fera au virage du sentier, avant le plateau du Pla des Gourgs. La pelouse est parfaite, il y a de l’eau et un paysage à perte de vue. Après le repas, nous traversons le Pla des Gourgs et débouchons sur le versant est au dessus des lacs de Nohèdes. Juste en dessous, nous avons le Gourg Estelat, et tout au fond la plaine du Roussillon. Sur ce plateau, au sommet de tout, il y a une source, la fontaine de la Perdrix. Elle coule quasiment toute l’année. Nous finissons enfin par arriver au refuge de la Perdrix.

Ce refuge, bâti par le CAF, a une position unique dans la région. Il est construit quasiment au sommet, à ras d’une rupture de pente qui plonge vers la vallée de Nohèdes. Il bénéficie d’une vue extraordinaire, avec Prades à nos pieds, le Canigou en face, les villages du Roussillon en bas et tout au fond, la mer Méditerranée. Un balcon exceptionnel. Quand on est assis sur le banc à l’entrée du refuge pour le repas ou le petit déjeuner, il n’y a pas plus belle salle à manger !

Notre arrivée de bonne heure nous permet de faire une grosse provision de bois. Nous en auront besoin car il faut faire griller les saucisses, mais surtout faire notre feu de la Saint Jean !
Après une courte période pluvieuse, nous allumerons un très beau feu de la Saint Jean qui doit se voir de très loin. Nous apercevrons, seulement quelques minutes, la lueur du feu du Canigou.

La nuit au refuge fut, comment dire, perturbée par des lumières et du bruit.. Non, ce n’était pas l’orage avec les éclairs et le tonnerre, mais des jeunes gens qui n’avaient pas forcément envie de dormir !

Au petit matin, certain se sont levé pour admirer le lever de soleil. Après le petit déjeuner, nous avons pris la direction du Madres. Nous en avons profité pour découvrir une nouvelle cabane qui est en cours de finition sur l’arête Est du Roc Negre, en pleine réserve de Nohèdes.
Avant le sommet du Madres, nous verrons de nombreux isards sous le Malpas. Après un peu de repos au sommet, nous rentrerons par la longue crête qui descend vers l’ouest. Au passage nous découvrirons l’étang de l’Ours totalement vide. C’est la première fois qu’il n’y a plus d’eau, signe d’un réchauffement ?

Le dernier repas sera pris au Roc Coscouné avant d’arriver enfin aux voitures. Une belle randonnée qui ne nous fera pas regretter le Canigou.

Voir les photos.

template joomlatemplate joomla gratuit

En ligne

Nous avons 38 invités et aucun membre en ligne

2018  AS Collège Cerdanya Bourg-Madame   globbers joomla templates